Edito / 2020, année zéro

2020 restera, dans l’absolu, une année noire pour le tourisme mondial. La petite île Maurice, qui résiste, plutôt bien que mal d’ailleurs, à la pandémie, n’échappe pas à cette spectaculaire contraction du peuple voyageur. En gardant toujours ses frontières fermées – jusqu’à juin de l’année prochaine ? – l’île Maurice a pris l’option de voir venir. La stratégie n’est pas dénuée de sens. Mais les autorités, comme tout le monde, savent que l’on ne pourra pas éternellement vivre en vase clos et que la catastrophe économique guette.

2020 restera, dans l’absolu, une année noire pour le tourisme mondial. La petite île Maurice, qui résiste, plutôt bien que mal d’ailleurs, à la pandémie, n’échappe pas à cette spectaculaire contraction du peuple voyageur. En gardant toujours ses frontières fermées – jusqu’à juin de l’année prochaine ? – l’île Maurice a pris l’option de voir venir. La stratégie n’est pas dénuée de sens. Mais les autorités, comme tout le monde, savent que l’on ne pourra pas éternellement vivre en vase clos et que la catastrophe économique guette.
 
Aussi catastrophique qu’elle a pu être, 2020, reste néanmoins une opportunité. De partir de zéro par exemple. D’abandonner une fois pour toutes des recettes devenues éculées au fil du temps, d’arrêter, enfin, de prendre la clientèle intérieure pour quantité négligeable, et, finalement, soigner, sérieusement, l’image et l’éclat de la destination.
 

par Jean-Joseph Permal
Rédacteur en chef

L’île Maurice, on le dit et on le répète, est sale, indisciplinée. Les attractions touristiques toujours aussi pauvrement indiquées. L’environnement toujours aussi maltraité et ce n’est pas l’épisode Wakashio qui va y changer quelque chose. La destination, qui a été souvent le cadet des soucis des grands opérateurs hôteliers, doit être la nouvelle priorité.
 
L’An 1 post-pandémie, on le souhaite même si les mutations inquiétantes du virus semblent indiquer que la Covid-19, malgré les vaccins, est parti pour rester — pourrait être l’année d’une campagne nationale habile, pensée, impliquant les Mauriciens et visant à transformer la destination île Maurice en une destination touristique écoresponsable, vouant un véritable culte au beau, misant sur ses atouts (culture, diversité, stabilité) pour faire la différence avec ses concurrents directs de la région.
 
2020 a offert à l’industrie touristique mauricienne – au pays at large – une incroyable opportunité. Elle nous force à sortir de cette fameuse zone de confort qui souvent s’apparente à une mort lente.

Que 2021 soit donc l’année de l’audace, des décisions courageuses – appliquer les lois protégeant l’environnement avec plus de célérité par exemple - qui peuvent rapporter gros à long terme. Si, par ailleurs, chaque hôtel s’impliquait réellement auprès de sa zone géographique, l’image qu’offre actuellement la destination changerait en moins d’un an. Nos hôtels possèdent l’expertise et les équipes de terrain pour aider à embellir l’île.
 
L’île Maurice a la possibilité d’offrir une autre image que l’actuelle. C’est plus difficile à faire – quoique ! – que de mettre un « banner » sur la pelouse de Liverpool, mais c’est certainement infiniment plus important pour l’avenir ! Et nous en sommes capables.