Talents Mauriciens (2) Ranveer Ramdour, Service Manager au Radisson Blu Hotel Dubai Canal View

Talents mauriciens ! Une série unique consacrée aux Mauriciens qui se sont expatriés avec succès dans le domaine du tourisme à travers le monde. Entre fierté et sacrifices, espoirs et réussites, une plongée inspirante dans la vie de ceux et celles qui font briller l'île Maurice à l'étranger. Nous accueillons aujourd’hui Ranveer Ramdour, Service Manager au Radisson Blu Hotel Dubai Canal View qui nous parle de son parcours.

1. Pourquoi avoir choisi le tourisme ?
Je suis quelqu’un qui aime bien socialiser avec les gens, surtout ceux qui sont ouverts d’esprit. J’ai toujours voulu aider les autres. Le tourisme m’a automatiquement plu et quand l’idée de caresser une carrière m’est venue j’ai naturellement pensé à l’hôtellerie.


2. En quoi consiste votre métier ?


Je travaille actuellement comme Service Manager au Radisson Blu Hotel Dubai Canal View à Dubaï. Je suis le premier contact client. Je suis là pour résoudre les complaintes, je suis responsable des opérations à la base de la Réception et je m’occupe des arrangements spéciaux pour les clients. Mon travail consiste aussi à motiver mes collègues en tant que leader de département. Je suis aussi le « Department Trainer ».

3. Quelle formation avez-vous suivie ?
Front Office NC3 - École Hôtelière Sir Gâtant Duval. Je remercie du fond du cœur cet établissement pour m'avoir donné la chance de ma vie.



4. Quel a été votre parcours professionnel ?

J'ai arrêté l'école à 18 ans. Je ne me concentrais pas sur mon éducation à cause des problèmes personnels en tant qu’adolescent. J'ai rejoint EHSGD pendant un an et j'ai obtenu un stage au St. Regis Mauritius Resort. J'ai vraiment adoré ce que je faisais.

Après avoir terminé mon stage, J'ai eu l’opportunité d’y rester, cette fois de manière permanente en tant que réceptionniste. Âpres 3 ans, une opportunité s’est présentée au Maradiva Villas Resort & Spa en tant que réceptionniste/Guest Relations.

J'ai par la suite opté pour un changement et abandonné l'hospitalité et je suis allé travailler dans une entreprise à Ebène - CIEL GROUP en tant que réceptionniste / assistant administrative.

Mais je me suis rapidement rendu compte que l’hospitalité me manquait mais cette fois je voulais tenter l’expérience à l’étranger. J'ai donc postulé sur certains sites Web en ligne, l'un d'entre eux Caterer Global m’a appelé et j'ai eu l'opportunité de bouger à Dubaï pour ouvrir un nouvel hôtel, le Radisson Blu Hotel Dubai Waterfront en tant que réceptionniste. Cela fait déjà trois ans maintenant et j’ai été promu en tant que superviseur de la réception avant d’être transféré à notre hôtel sœur Radisson Blu Hotel Dubai Canal View en tant que Service Manager. En 3 ans, J'ai réalisé le rêve de ma vie et devenir Manager.

5. Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l'exercice de votre métier ?

Travailler dans un pays arabe et une ville riche c'est compliqué. Dubaï ouvre la porte au monde entier, et il faut s’adapter aux différentes cultures des clients que nous rencontrons. C’est souvent un challenge, mais le Mauricien, c’est connu, sait d’adapter.



6. Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui voudrait se lancer dans le tourisme, surtout dans votre spécialité ?
Si vous avez le courage, l’amour du travail bien fait et vous voulez découvrir le monde, il ne faut pas hésiter. Hospitality is not easy and is not for everyone. You must have it in your blood.



7. Pourquoi avoir choisi de vous expatrier ?
Pour découvrir le monde, et vivre une expérience hôtelière internationale. J’avais l’ambition d’exceller dans mon métier au plus haut niveau et aussi en permanence donner une bonne image en représentant l’île Maurice à mon humble niveau.

8. Est-il facile de vivre et de travailler à l’étranger ?
Je dois dire que ce n’est pas facile d'être loin de chez soi. Ma mère me manque énormément car elle est tout pour moi. Mais elle sait que ma carrière est importante pour moi. Bouger dans un pays arabe c’est aussi un gros choc culturel, il a fallu s’accrocher. Les trois premiers mois ont été difficiles, ensuite les choses se sont naturellement mises en place parce que j’avais la volonté de réussir. Maintenant, je suis in love with the City.


9. Comment s’est passée votre adaptation à un nouvel environnement culturel et au style comportemental de pays d’accueil ?
Honnêtement, J'ai eu beaucoup de soutien grâce à mes collègues et je suis arrivé dans un environnement de travail vraiment magnifique. Les gens venaient de différents pays et on était tous solidaires.


10. Quel est le sacrifice le plus important que vous avez dû faire pour vivre votre métier à l’étranger ?
Quitter l'Île Maurice et ma maman pour venir m'installer ici. Et aujourd’hui avec la Covid je ne peux même pas revenir à Maurice pour voir ma mère. C’est très dur.



11. Pourquoi est-ce que le savoir-faire mauricien s’exporte aussi bien ?
Je pense que le fait de venir d’un pays multiculturel nous permet de nous ouvrir naturellement vers le monde. Je pense vraiment que nous avons cette ouverture dans le sang. Le sens de l’hospitalité des Mauriciens est reconnu à travers le monde aujourd’hui. J’en suis vraiment très fier.



12. Reviendrez-vous partager votre expérience au pays ?
Définitivement, when the right time comes. Mon rêve ultime est d'ouvrir à Maurice un centre de formations pour des jeunes qui n’ont pas les moyens de poursuivre leurs rêves.



13. Quelle a été votre plus grande satisfaction professionnelle ?
The joy, smiles and thank yous that all guests gave to me through my near 10 years career. Nothing makes you feel more happier knowing you put smile on people face everyday.



14. Quel regard portez-vous sur l’industrie touristique mauricienne ?
L’île Maurice touristique a une solide réputation à travers le monde. Mais je ne peux que regretter que souvent au niveau de la direction des hôtels à Maurice les gens ne soient pas réellement motivés et ne soucient pas de l’avenir de leurs employés. Dès qu’ils sont arrivés à un certain poste de direction, ils se contentent de s’occuper que de leurs intérêts.

Les travailleurs de l’hôtellerie à Maurice ne sont pas malheureusement reconnus à leur juste valeur en dépit de leur implication totale. Les longues heures de travail, le dévouement, les sacrifices, tout cela n’est pas généralement reconnu à Maurice. Le monde a changé, mais les travailleurs de l’hôtellerie à Maurice n’ont pas changé de statut et c’est infiniment dommage car le succès de l’île Maurice on le leur doit.



15. Si vous deviez choisir un slogan pour l’île Maurice ?
One word. PARADISE!



16. Une bonne idée que l’on pourrait appliquer au monde du travail mauricien que vous avez retenu lors de votre expatriation ?
Un site web de formation gratuit pour les Mauriciens pour ce qui n'ont pas le moyen.



17. Quel conseil donnerez-vous à un jeune qui est intéressé par les métiers du tourisme ?
D'être patient et de travailler dur.



18. Quel est votre but professionnel ultime ?
Devenir un jour General Manager


19. Qu’est-ce qui vous manque le plus de l’île Maurice ?
Ma maman, dhull puri et la bière Phoenix.

20. Auriez-vous atteint votre plein potentiel si vous étiez resté à Maurice ?
Non, je ne le pense pas. Les perspectives de monter dans la hiérarchie sont très minces à Maurice. On refuse encore à des Mauriciens pourtant très compétents des postes de responsabilité. Mais je constate que les choses sont en train de changer et c’est une très bonne chose.