Covid-19 : Le village touristique de Pamplemousses à l’arrêt !

Il n’y a pas que les hôtels, on s’en doutait, qui souffrent de l’absence de touristes dans l’île depuis mars dernier. Les villages très touristiques, à l’image de Grand Baie ou encore Pamplemousses, payent, en effet, un lourd tribut à l’absence prolongée des visiteurs et de leurs deniers.

Une petite virée, ce week-end, à Pamplemousses, très fréquentée habituellement en raison du Jardin Botanique de Pamplemousses et sa haute valeur culturelle - l’église Saint François d’Assises, un des plus vieux édifices religieux encore en activité, le « Bassin des Esclaves » ou encore le vieux cimetière français-  nous a permis de mesurer l’ampleur de la catastrophe.
Restaurants fermés où roulant au ralenti, jardin désert et presque laissé, par endroits à l’abandon, centres commerciaux aux rideaux baissés, Pamplemousses a grise mine.

« Le tourisme apportait une autre dimension au village et faisait vivre beaucoup de petits commerces comme les marchands de souvenirs ou les restaurants. Aujourd’hui le village, son centre névralgique autour du Jardin, est à l’arrêt pour ne pas dire mort » souligne Raj, restaurateur qui s’est résolu à n’ouvrir que les week-ends.



« Vous êtes mon premier client aujourd’hui, et je parie qu’il n’en aura pas d’autres après vous. J’ai pensé à un moment donné que les Mauriciens viendront un peu compenser l’absence de touristes. Mais franchement s’ils viennent visiter le jardin, ils ne s’aventurent pas dans les restaurants. C’est déprimant désormais d’opérer » ajoute-t-il.

Jadis animés, le cœur de Pamplemousses reste désespérément dans l’attente de jours meilleurs. 

« Si au moins les Mauriciens faisaient l’effort de venir visiter ces quartiers historiques et aider aussi les commerces à survivre, on aurait un motif d’espérer. Pour l’instant, à l’image du bassin de Nénuphar du jardin qui ne ressemble plus à rien, Pamplemousses perd de sa superbe. C’est déprimant ! » conclut Raj.