Le Groupe NMH fortement impacté par la crise sanitaire

New Mauritius Hotels Ltd (NMH) a publié ses résultats pour la période financière 2019-2020 (FY 20) et le 1er semestre de l’année financière 2020/2021 (FY 21) ce lundi 15 février 2021. La performance du Groupe reflète l’impact sévère de la crise sanitaire mondiale sur ses opérations à Maurice et au Maroc. Au terme de l’exercice 2020 (octobre 2019- juin 2020) et du 1er semestre de l’année financière 2021, NMH enregistre de lourdes pertes et affiche un chiffre d’affaires historiquement bas. Néanmoins, le Groupe garde espoir d’une reprise du tourisme au cours de la seconde moitié de l’année calendaire 2021, au regard du début de la campagne de vaccination sur ses principaux marchés et à Maurice,

Période financière 2020
La performance de NMH au titre de la période financière de 2020 est fortement impactée par l’arrêt total de l’activité touristique, lié aux restrictions de voyage et à la fermeture des frontières mises en place en mars 2020. En conséquence, au 3e trimestre de l’exercice 2020 (avril 2020 – juin 2020), le Groupe réalise un revenu marginal, alors que d’importants coûts non-évitables sont encourus. De ce fait, l’EBITDA normalisé est en deçà des attentes, soit Rs 762 millions et le Groupe affiche des pertes après-impôts de Rs 686 millions. Ces résultats contrastent fortement avec ceux du 1er semestre 2020, au cours duquel des résultats comparables aux années précédentes ont été réalisés notamment : chiffre d’affaires de Rs 5, 6 milliards (comparativement à Rs 5, 5 milliards en 2019) et profits de Rs 595 millions (par rapport à Rs 633 millions en 2019).

Performances au 1er semestre de l’année financière 2021
Les répercussions de la fermeture prolongée des frontières et les protocoles de quarantaine stricts en vigueur dans la plupart des pays continuent à se faire ressentir de manière significative sur les résultats des six premiers mois de l’année financière 2021(juillet - décembre 2020).
Au 1er trimestre (juillet – septembre 2020), NMH réalise un chiffre d’affaires en forte baisse qui s’établit à Rs 213 millions, (comparativement à Rs 2, 1 milliards pour la période correspondante en 2019). De ce montant, Rs 189 millions proviennent des opérations mauriciennes. Les coûts étant largement supérieurs aux revenus, le Groupe affiche un EBITDA négatif de Rs 487 millions. Les pertes au cours de ce trimestre s’élèvent à Rs 781 millions. Compte tenu du statut COVID-safe de Maurice, Canonnier Beachcomber a rouvert ses portes aux Mauriciens et résidents en juillet 2020, tandis que Victoria Beachcomber et Mauricia Beachcomber ont redémarré leurs opérations sous la supervision des autorités de la santé publique, dans le cadre des quarantaines.

Au cours du 2e trimestre de l’exercice 2020-2021, le Groupe a rouvert les hôtels Paradis Beachcomber et Royal Palm Beachcomber Luxury aux clients locaux. Les villas de Trou aux Biches Beachcomber ont également redémarré leurs activités pour l’accueil des passagers en quarantaine. Malgré une légère amélioration du taux d’occupation, par rapport au 1er trimestre, le Groupe enregistre quand même des pertes de Rs 622 millions, contre des profits de Rs 579 millions en 2019.
Aussi, sur l’ensemble des six premiers mois de l’année financière en cours, le chiffre d’affaires de NMH est en forte baisse et s’établit à Rs 589 millions (2019 : Rs 5, 3 milliards). Les pertes atteignent Rs 1, 4milliards, en comparaison à des profits de Rs 388 millions en 2019.

Financement à hauteur de Rs 2, 5 milliards de la MIC
Pour faire face aux pertes prononcées encourues depuis le début de la crise, NMH signé un binding term sheet avec la Mauritius Investment Corporation Ltd (MIC), le 29 décembre 2020 pour l’émission d’obligations remboursables et convertibles pour un montant total de souscription de Rs 2,5 milliards, garanti par une charge flottante sur les actifs du Groupe. Les obligations ont une maturité de neuf ans et portent un taux d'intérêt fixe de 3,5%.
Le Conseil d’Administration de NMH est d’avis que l’injection de Rs 2, 5 milliards, combinée à la restructuration de la dette et d’autres initiatives stratégiques contribueront à stabiliser la situation financière du Groupe. Ce jusqu’au retour progressif de la profitabilité, suivant la réouverture totale des frontières et d’un volume soutenu d’arrivées touristiques vers notre destination.

NMH est actuellement engagé dans des discussions avec la MIC sur les modalités des transactions relatives aux obligations. Les conditions détaillées seront incluses dans un document qui sera diffusé aux actionnaires. Une Assemblée d’actionnaires sera aussi convoquée. Le Groupe a entre-temps obtenu un crédit-relais des banques pour garantir le bon déroulement des opérations.

La dette nette
La dette nette du Groupe a augmenté à Rs 17, 6 milliards, au 30 juin 2020, Cela s’explique par l’émission d’obligations à taux fixe libellées en euros totalisant €40 millions pour le financement du projet Ste Anne aux Seychelles. Les obligations ont été entièrement souscrites et cotées sur la Stock Exchange of Mauritius en avril 2020, durant le confinement, Ce financement ainsi que les facilités supplémentaires de €28 millions mises à dispositions par les banques à la fin de l’année sont ring-fenced et sont garanties par des actifs détenus par Ste Anne Resort Ltd. NMH a complété les travaux à Ste Anne et la remise des clés a eu lieu le 1er février dernier. Ces recettes locatives vont générer des profits intéressant à partir du 3ème trimestre de l’année financière.

COVID-19 – Response
La COVID-19 a engendré un environnement difficile et incertain pour le tourisme. Dès le début de la crise, la priorité de la direction de NMH a été de contenir les coûts pour préserver les liquidités et l’emploi. Un certain nombre de mesures ont été mises en œuvre pour atténuer la pression sur le cash-flow. Parmi lesquelles : 1) plan de retraite volontaire pour quelque 174 employés ; 2) baisse volontaire de salaire jusqu’à 50%. 3) réduction des heures de travail pour un salaire réduit: 4) réduction des coûts non-essentiels à Maurice et à l’étranger ; 5) gestion étroite du recouvrement des créances ; 6) négociation avec les fournisseurs pour des rabais et/ou des prolongements de la période de crédit ; 7) mise en suspens du projet de construction des Salines Beachcomber; 8) la rénovation majeure du Shandrani Beachcomber a été adaptée en conséquence ; 9) moratoire pour le remboursement du capital emprunt et des intérêts ; 10) nouvelles facilités de crédit bancaire ; et 11) support du gouvernement à travers le Wage Assistance Scheme ainsi que l’exemption du paiement des baux pour 2021.

Au-delà de ces initiatives internes, NMH a participé activement à la riposte nationale pour contenir la crise sanitaire. Le Groupe a mis à disposition des hôtels pour être convertis en centres de quarantaine, ainsi qu’un service de restauration pour assurer la livraison des repas. Aussi les protocoles sanitaires dans tous les hôtels ont été revus pour garantir la sécurité des clients et des employés, en ligne avec les meilleures pratiques internationales. En ligne avec cela, le Groupe s’est associé à LIBA, pour l’élaboration et la certification du label SAFE PLACE Beachcomber, reflétant les normes de santé et d’hygiène en vigueur dans l’ensemble des hôtels du Groupe.
Perspectives

En dépit de la conjoncture extrêmement difficile, NMH espère que le début de la campagne mondiale de vaccination permettra une reprise de l’industrie du voyage et du tourisme au cours de la deuxième partie de 2021. Il est extrêmement important qu’une majorité de la population soit vaccinée le plus tôt possible afin d’atteindre l’immunité collective. Le Groupe continue de suivre avec beaucoup d’intérêt le rythme et l’efficacité du programme vaccinal. NMH est confiant que cela permettra d’assouplir les restrictions locales sur les voyages. La visibilité quant à la réouverture des frontières à Maurice, reste cependant limitée.

La vaccination ayant aussi débuté au Maroc, le Groupe s’attend à une reprise progressive des activités hôtelières à Marrakech dans les prochains mois.
NMH reste cependant vigilant. Le Groupe continue à suivre de près sa trésorerie et réduit au minimum les coûts. Des discussions sont aussi en cours avec toutes les parties-prenantes pour définir des moyens toujours plus innovants de générer des revenus, avec les frontières fermées.

Par ailleurs, outre le financement de la MIC, le Groupe est en train de négocier des délais de paiements plus longs pour les dettes existantes. L’objectif étant d’assouplir la position de liquidité, jusqu’au retour à la normale. Le Conseil d’administration étudie aussi d’autres initiatives stratégiques, en cas de prolongement de la crise. NMH est confiant de la stabilisation des finances du Groupe dans un proche avenir.